dimanche 25 janvier 2009

LE VIOL


Vous avez été victime de viol? Vous n'êtes pas coupable
Quoi qu'il se soit passé, ce n'est pas votre faute.

Les victimes d'agression sexuelle ne sont généralement pas aptes à réfléchir à ce qui leur est arrivé. La culpabilité les empêche de comprendre qu'elles sont à 100 % des victimes.

D'accord, être une victime n'est pas une idée facile, mais c'est ce qu'il faut comprendre pour revenir à la vie.

Parfois, la culpabilité est si forte qu'il n'est même plus possible de se rendre compte que ce sentiment de culpabilité est là, et bien là.

La culpabilité fait que la victime trouve des prétextes à sa culpabilité:
- Je n'ai pas dit "Non".
- Je n'ai pas appelé au secours.
- Je ne me suis pas débattue.
- Etc...
Je ne peux pas faire une liste, elle serait trop longue, car il y a trop de cas différents. Il n'y a qu'une chose à dire: si vous ne vouliez pas, personne n'avait le droit de vous forcer

Après un viol, c'est l'esprit qui ne cicatrise pas

Un intrus pénètre votre corps sans votre désir de le voir faire et vous croyez que vous n'êtes plus rien

Un viol peut se produire alors que vous allez tranquillement chercher du pain, l'agression se produit et votre vie bascule.

La personne qui a subi un viol se croit coupable: "Pourquoi étais-je à cet endroit, à ce moment-là? Pourquoi ne suis-je pas partie en courrant tout de suite? Pourquoi personne ne m'a défendu(e)? POURQUOI MOI ?

Le viol est ressenti comme une punition, comme une peine, comme si d'une certaine manière, c'était mérité. Alors la victime, très souvent se tait. La victime se laisse mourir comme si la salissure ressentie ne laissait plus droit à la vie. Se laisser mourir peut durer toute une vie...

Les malades mentaux sont partout. Partout ne veut pas dire partout dans les rues ou dans les lieux publics.Partout veut dire: à l'école (un élève, un surveillant, une prof...), sur votre lieu de travail (un client, une collègue, la personne qui vous emploie...), dans votre entourage (un voisin, une vague connaissance, un ami...), dans votre famille (un cousin, une tante, le grand-père...), chez vous (un frère, une sœur, l'un des parents, une personne que vous invitez ou hébergez...).

Il existe grand nombre de maladies mentales.

Si la personne violée se sent coupable, la personne qui viole ne se sent pas coupable
La victime a peur des jugements, le violeur s'en lave les mains

Il existe des violeurs, qui une fois leurs actes commis ressentent de la culpabilité et des regrets. Lorsque dans un magasin vous voyez un objet qui vous plait mais qui vous semble trop cher, vous avez envie de le voler (rien de plus normal), mais vous ne le faites pas. Pourquoi? Parce que vous avez peur de vous faire prendre en flagrant délit (oui), parce parce que vous avez peur des conséquences (oui), parce que vous vous sentiriez coupable? : OUI !!! Mais si vous êtes un pervers, vous ne vous sentirez pas coupable, si vous êtes un pervers, la culpabilité est un sentiment qui vous est inconnu.

Qu'est ce qu'un pervers? Sans culpabilité ni remord, le pervers est libre
C'est simple à comprendre mais très difficile à imaginer.

Un pervers ne se sent jamais coupable (comme les sadiques), ils savent ce qui est permis ou interdit, mais ne ressentent pas de culpabilité lorsqu'ils franchissent les interdits.

Les pervers ressentent de grands plaisirs lorsqu'ils voient quelqu'un souffrir. C'est la souffrance (physique et / ou morale) de l'autre qui provoque en eux un plaisir dénué de toute culpabilité. Homme ou femme, les pervers prennent tout et ne laissent rien.Qu'ils violent, qu'ils torturent, qu'ils détruisent ou qu'ils se contentent de faire des sales coups en douce, tous les pervers sont des manipulateurs.

Les pervers sont de très bons acteurs, ils sont très difficiles à repérer. Ils peuvent vous faire croire à leur douleur tout en se réjouissant de la votre.

3 commentaires:

Tunisia Mum a dit…

Vrai... vrai, et d'autant plus vrai quand on comprend le sens profond de ses paroles...

Mima a dit…

la loi du silence est terrible...
autre point insupportable, c'est que les violés ont le sentiment d'être lié par un secret et donc lié d'une façon ou une autre, au vileur, cette relation d"entente" accentue encore plus la culpabilité...le viol mène inexorablement vers le déni de son propre corps.
merci d'avoir soulevé le tabou, j'espere que ça aidera des femmes à briser le silence qui les entoure...

moonlight a dit…

c'est pas facile d'en parler, de briser ce sentiment double face de "la victime coupable", mais ça aide vraiment, ça aide surtout si on trouve qui comprend qui partage ce malheur et ce passé,